Messieurs Delmotte

Neither « In », neither « Off » In between Venice & Biennale, 2013

Vidéo. 00 :25 :55. Couleurs / Son Réalisation Messieurs Delmotte Images Alessandro Biasotto

Assistant : Rossella Cosimato

Edition 5/5

Autoportrait d'un dandy

 

« Vous savez, le costume, c’est avant tout pratique. Sorte de cache-poussière, de bleu de travail. Une salopette, pourquoi pas ? Vous apprécierez au passage la délicatesse et la magnificence de ce beau mot (« salopette » donc), un mot à la douce consonance. Je le considère aussi comme une armoire de rangement portable, il est étonnant de constater le nombre d’objets que l’on peut mettre dans un veston. La coiffure maintenant. Sa « géléification » est elle aussi à l’instar du costume, une solution pratique : un fois collés au crâne, les cheveux sont indécoiffables. C’est simple, net et efficace. Enfin, la cravate. Elle est plus accessoire qu’ultra nécessaire, elle est plus esthétique aussi : il m’arrive de l’accorder aux nébulosités variables du jour ; par ailleurs elle a pour effet de conclure formellement les deux pointes du col de ma chemise et de se mettre en relation désaccordée avec les différentes et infinies nuances du paysage. » (Un peu comme un acteur processuel qui préfèrerait se costumer lui-même et ce, en permanence.)

 

 «A ce sujet, le terme de « performance » est pour moi obsolète. Je lui préfère « prestation » qui curieusement, se dit en anglais « act of services » (se rapprochant plus de la prestation domestique»

 

« En 1998, j’avais fait inscrire à propos de quelques-unes de mes réalisations : « Ces prestations ne peuvent absolument pas être considérées comme des performances, tant sur le plan physique (sport) qu’artistique (histoire)… elles se doivent d’être considérées comme de simples prestations ». Depuis, plus d’une décade a passé et je n’envisage rien autrement. Quelle performance, vraiment. »

 

 

Recommander ce contenu

optimisé pour safari, chrome et firefox  |  propulsé par galerie Nadja Vilenne  |  dernière mise à jour  06.02.2016