Maen Florin, Soutine 2018, h.104 cm, Céramique.

En regardant un portrait de Rembrandt ou une sculpture de Rodin, nous avons l' impression que les figures que nous voyons sont réellement face à nous. Les têtes sculptées par Maen Florin provoquent un même ressenti de présence intense. Bien qu'elles soient généralement réalisées à partir d'images de personnes connues ou inconnues, il ne s'agit jamais vraiment de portraits. Pourtant ces têtes ne tardent pas à être animées d' une vie propre. Maen Florin cherche à aller bien plus loin que la simple représentation d'un personnage. Elle part en quête de sa psyché intérieure, elle s'identifie à ses sentiments et ses pensées, elle veut dévoiler les mouvements de son âme et mettre à nu ses ressorts les plus profonds. La façon dont elle rehausse les têtes de glaçure rend leur physionomie plus expressive. Les torses maigres et nus des bustes accentuent encore cette expressivité. La honte est exposée sans fioritures. La souffrance devient reconnaissable. Même lorsqu'un buste est plus « habillé »,la composition comme le matériau renforcent l'éloquence de la tête.

En circulant parmi ces têtes, nous nous mouvons entre des sensations de peur, de jouissance, de détermination, de tristesse, de compassion, de béatitude, de désarroi, de fierté, d'oppression, de désespoir, de résignation, de désillusion, de douleur, de doute, de désir impatient. Nous circulons aussi entre les différentes races et typologies humaines, chacune avec ses particularités physiques. Il est fascinant de constater comment Maen Florin parvient à exprimer, à la fois avec subtilité et avec prégnance, les émotions et le caractère de chaque tête. Elle nous donne à lire l'histoire qu'elle a inventé pour chacune d'entre elles. Elle paraît vouloir comprendre et embrasser le monde entier.

 

Veerle Van Durme

 

 

If we look at a portrait by Rembrandt or a sculpture by Rodin, it is as though the figures we see genuinely stand before us. We experience a similar intense presence with Maen Florin’s heads. They are never actual portraits, although there are always images of people, known or unknown, behind them. These heads however soon start leading a life of their own. Maen Florin aims to go a step further than just depicting a person. She searches for his inner psyche, she lives entirely in his world of thoughts and feelings, she aims to unmask the motions of his soul and his deepest aspirations. The glazes she uses to paint the heads give additional expression to their features. The naked, skinny chests of the busts lend further emphasis. Shame is presented without any adornment. Suffering is made recognizable.

And even when a bust is more ‘dressed’, both the structure and the materials used high- light the emotional power of the head.

When we make our way among the heads, we encounter feelings of anxiety, pleasure, resolution, grief, compassion, bliss, desperation, pride, oppression, despair, resignation, disillusion, pain, uncertainty, longing. We also make our way among the various races and typologies, each with its spe- cific physical characteristics.

It is fascinating to witness how Maen Florin succeeds in por-traying the emotions and character traits of each head subtly and urgently. She enables us to interpret the story she has conceived for every one

of them. It is as if she wants to understand and embrace the whole world.

 

Veerle Van Durme

 

Recommander ce contenu

optimisé pour safari, chrome et firefox  |  propulsé par galerie Nadja Vilenne  |  dernière mise à jour  06.02.2016