LES RÉGENTES

 

Jacqueline Mesmaeker, « Frans Hals / Paul Claudel. Les Régente ».

Impression sur papier Hannemuhle, 55 x 90 cm (5/5), 1990 – 2012.

L’oeuvre de Jacqueline Mesmaeker se joue avec malice des cadres qui l’entourent, qu’ils aient été indifféremment imposés par un contexte ou choisis par l’artiste. Apparaissant, et disparaissant, sous la forme de dessins, d’objets et d’images trouvés, de photographies et de vidéos, elle est héritière des facéties du surréalisme tout autant que de la rigueur métaphysique de l’art minimal et conceptuel.

Frans Hals/Paul Claudel réactive de façon plus modeste une intervention montrée au Frans Hals Museum de Harlem en 1990 dans le cadre d’une exposition collective qui jumelait Anvers, la ville natale du peintre Frans Hals, et Harlem où il mourut en 1666. Dans l’installation initiale, la reproduction photographique du tableau, Portrait de groupe des régentes de l’hospice de vieillards (1664) et l’interprétation de Jacqueline Mesmaeker, se faisaient face de part et d’autre d’un étroit couloir. Dans les deux versions, chacune des images est accompagnée d’une légende énigmatique. Sous la reproduction du tableau, on lit les premières lignes de la description que Paul Claudel nous livre de ce portrait de groupe peint par Frans Hals à la fin de sa vie. La formule lapidaire : « Paul Claudel. L’oeil écoute » que l’on trouve sous la photographie réfère à l’ouvrage remarquable que le poète consacra, en 1935, au siècle d’or hollandais. Dans cet essai critique, comme le souligne Emmanuelle Kaës, “Paul Claudel saisit les tableaux comme des images mentales, relevant de la mémoire, du souvenir, de la rêverie ou de la pensée”.

Au diapason de la vision du poète et du peintre, Jacqueline Mesmaeker dépasse le simple équivalent visuel et réussit à traduire la substance même du tableau. Elle s’attache à exprimer ce qui transcende la composition de Frans Hals, cette « émanation phosphorescente » des mains squelettiques et des visages fermés qui, soulignés par les guimpes et les manchettes, se détachent du fond noir, accentuant le caractère judiciaire de la scène. Pour ce faire, elle reproduit exactement, par le feu, la position des mains dans le tableau, filmant dans le noir absolu des mains en feutre fichées sur des piques de hauteurs différentes. “Constellation singulière de feux follets surgissant de l’obscurité”, avec une discrète intensité, ces images appariées restituent le surgissement de l’aura de l’oeuvre du peintre commémoré. (Fiche collection du MAC's, musée des arts contemporains au Grand Hornu)

 

 

 

Recommander ce contenu

optimisé pour safari, chrome et firefox  |  propulsé par galerie Nadja Vilenne  |  dernière mise à jour  06.02.2016